Moto /Tarifs  Agadir-Marrakech *Tarifs Casablanca & autres villes
Cliquez ici

Yamaha DTR 125

A partir de
29 € / jour (8 à 20 jours)
27 € / jour (+ 21 jours)

x2 Essence

30 € /jour
(2 à 7 jours)

Détails véhicules Réserver

Honda Tornado XR250

A partir de
43 € / jour (8 à 20 jours)
41 € / jour (+ 21 jours)

x2 Essence

45 € /jour
(2 à 7 jours)

Détails véhicules Réserver

Honda Translap XL650

A partir de
57 € / jour (8 à 20 jours)
54 € / jour (+ 21 jours)

x2 Essence

60 € /jour
(2 à 7 jours)

Détails véhicules Réserver
(*): Les prix de location sont variable selon les saisons.

Les marchés berbères autour de Marrakech Le lundi, aux alentours de Marrakech, sur la route de l’Ourika, il se passe des choses étonnantes. Sur les conseils avisés du loueur de motos à Marrakech, muni d’une carte routière précise, offerte par lui, la balade peut commencer. La route est vallonnée, les paysages changeants, on passe du vert exubérant à une pierraille désertique. De petites cascades presque magiques, sorties de rien, cachées dans des bosquets de plantes grasses ou de lavande odorantes, un pont suspendu qui tient par miracle, une chèvre impertinente qui entraine un troupeau de moutons avec détermination, tout ça est déjà déconcertant et magnifique.

Le Maroc est un pays de contraste, avec une importante bio diversité, un vivier de couleurs et de senteurs, un véritable tableau impressionniste, une nature vivace, qui en s’adaptant aux conditions extrêmes, s’est embellie. Les hommes qui habitent cette terre, les berbères, se sont eux aussi adaptés en luttant au quotidien et c’est leur culture qu’ils ont enrichie. C’est très déroutant d’arriver dans un village de montagne et d’apercevoir une foule indistincte, les hommes s’interpellent avec force, les animaux s’agite, qui en bêlant, qui frappant du sabot bruyamment, la poussière s’élève par petits nuages très volatiles. Les femmes portent des couleurs inusitées à Marrakech, elles semblent plus décidées, plus téméraires. En déambulant dans ce joyeux capharnaüm, ce qui marque le plus l’œil ce sont les couleurs riches et chatoyantes. Les tapis domestiques faits de chutes de tissus ou de laines sont éclatants, les mendils, tissage rustiques en rouge et blanc, l’une des parures des femmes les plus utilisées surtout au nord du Maroc, semblent inusables.

Les poteries sont dépouillées ou artistiquement décorées et bien entendu le marché odorant des légumes et des épices donne une envie terrible de tout gouter avec gourmandise. Et justement au centre de ce marché volubile, des échoppes avec braséros et petits tabourets. Il faut se laisser entrainer, les mets sont simples mais délicieux. Une brochette de poulet accompagnée de poivrons grillés et d’une petite sauce rouge où l’on trempe délicatement son pain chaud, c’est totalement réconfortant après tant de découvertes. Les hommes et les femmes que l’on rencontre et avec qui on bavarde se montrent curieux de tout, ils cherchent à échanger et posent beaucoup de questions, l’humour est de mise. En reprenant la moto, il faut pousser un âne qui a décidé de s’endormir la tête posée sur la selle et rouler tout doucement pour éloigner les moutons qui foisonnent.